Depuis 1992 des cas d'insuffisance rénale sévère ont été constatés chez un certain nombre de femmes ayant consommée des gélules à base de plantes chinoises. Les plus fortunées d'entre elles ont subi une greffe du rein, d'autres survivent grâce à l'hémodialyse et une troisième catégorie souffre d'un cancer des voies urinaires ou sont même décédées. Ces gélules commercialisées par la firme Arkopharma, sans autorisation de mise sur le marché, sous le nom d' asiatitrats , furent absorbées par environ 2.000 femmes en France au début des années 1990 et plus encore en Belgique où 1 million et demi de gélules, ou plus exactement arkogélules, furent vendues. En Octobre 2005, le Tribunal Correctionnel de Nice condamne Mr. Max Rombi, ex-PDG fondateur d'Arkopharma et président actuel du conseil de surveillance et actionnaire majoritaire, a trois ans de prison avec sursis et 30.000 euros d'amende pour homicides "involontaires". Poursuivi également pour blessures "involontaires", en-contre pied de la peine prononcée à Nice, le Tribunal Correctionnel de Toulouse relaxe Mr. Rombi en Juillet 2006. Mr Rombi a fait appel des décisions prononcées par ces tribunaux. Les victimes sont baffouées.

Les chiffres rapportés ci-dessous portent sur des cas connus de victimes de plantes du genre aristolochia (contenues dans les asiatitrats consommées par les victimes). Il y a certainement des victimes supplémentaires, non recensées, qui ont perdu leurs reins suite à l'absorption des gélules commercialisées par Arkopharma, la société de Mr. Rombi. Ce blog a pour but de porter à la connaissance du public une affaire qui nous concerne tous dans laquelle un individu sans scrupules docteur vétérinaire, déjà poursuivi pour exercice illégal de la pharmacie et s'improvisant expert en médecine chinoise a voulu se faire de l'argent au détriment de la santé publique. Les tribunaux le connaisse bien et il court toujours. Pour que justice soit faite...

jeudi, septembre 11, 2008

A quoi bon

Comme nous l'avions annoncé dans notre post du 2 avril 2008 dernier , le pourvoi d'une des victimes fut non admis par la Cour de Cassation rendant ainsi définitive le verdict honteux du 24 mai 2007 de la Cour d'Appel de Toulouse par lequel Mr Rombi, ex-PDG et président du conseil de surveillance d'Arkopharma, fut relaxé des charges de blessures "involontaires" quant aux nephropathies développées par des jeunes femmes de la région toulousaine qui avaient absorbées des arkogélules asiatitrats à base de plantes chinoises dont la toxicité est connue en Médecine Traditionnelle Chinoise depuis toujours et en occident depuis au moins 1964!

La non admissibilité du pourvoi sans aucune explication précise nous a laissé quelque peu perplexes et nous avons essayé de comprendre, tout en cherchant des instruments de justice supplémentaires. Lorsque nous sommes tombés sur ceci:

(...)Désormais, la Cour écarte 95% des demandes en déclarant unilatéralement, de façon dictatoriale et antidémocratique que le recours n'est pas fondé et qu'il ne peut par conséquent pas faire l'objet d'une étude de sa part ; entraînant ainsi la non-admission systématique du pourvoi.

Ainsi, le justiciable qui « dérange » la Cour (et l’Etat), et/ou quelque justiciable « haut placé » par ses propos juridiques, se verra privé de recours au plus haut niveau en toute légalité apparente sur le fondement notamment de l’alinéa 4 de l’article 136 du Code de l’organisation judiciaire modifié par la loi scélérate du 25 juin 2001 susnommée.

Ces décisions sont d’autant plus redoutables qu’elles trouvent prétexte et appui, comme nous allons le voir infra, sur la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’homme, sensée pourtant être le garant du respect des droits citoyens ; chaque Cour se « renvoyant la balle » quant au respect du droit à l’accès d’un tribunal tel qu’énoncé dans l’article 6 de la ConvESDH.

...

L'ouvrage « Droit et pratique de la cassation en matière civile », LITEC 2003, écrit notamment à ce sujet :
« La décision de non-admission est dispensée de motivation spéciale, sans que cette dispense soit contraire aux exigences de la Convention européenne des droits de l'homme… »(...)


mercredi, juin 25, 2008

Y-a-t-il un avocat dans la salle?

Lorsqu'on contacte un avocat il prend tout son temps avant de répondre voire ne vous répond pas de sorte qu'on est obligé de le relancer à plusieurs reprises. On a vraiment l'impression qu'ils en ont rien à foutre et, quand ils répondent, qu'ils nous prennent pour des imbéciles. C'est particulièrement navrant d'autant plus qu'en attendant le temps passe. Etre avocat semble beaucoup plus une affaire de business que de vocation de justice. Le plus triste, c'est qu'après les lamentables verdicts rendus dans les affaires asiatitrats de Nice et de Toulouse on est pas vraiment surpris...

jeudi, juin 19, 2008

Un reportage à la télé?...

Des journalistes nous ont récemment contactés afin de nous demander de plus amples informations en vue de faire un reportage. Si un tel reportage se faisait et était diffusé à la télévision sans doute que cela pourrait aider les victimes face à une "justice" qui jusqu´à présent peine à se faire entendre. Une justice qui non seulement est aveugle mais aussi muette. Sans doute les journalistes pourront-ils lui rendre la vue et lui donner une voix...

jeudi, avril 03, 2008

Max Rombi (ex-PDG et président du conseil de surveillance d'Arkopharma) condamné pour homicides involontaires

La nouvelle vient de tomber il y a à peine quelques heures. Le pourvoi formé par Mr Rombi, ex-PDG et président du conseil de surveillance d'Arkopharma, a été rejeté par la Cour de Cassation rendant ainsi définitive sa condamnation à deux ans de prison avec sursis pour homicides involontaires.

Rappelons que suite à l'absorption d'arkogélules asiatitrats deux jeunes femmes de la région niçoise, Régine Crispino, 40 ans, et Valérie Jouffret, 33 ans, développèrent des néphropathies chroniques et des cancers des voies urinaires pour décéder en 2000 et 2001.

Rappelons également que dans une affaire similaire où deux jeunes femmes toulousaines ont perdu leurs reins après avoir absorbées les mêmes arkogélules asiatitrats, Mr Rombi n'a pas été reconnu coupable de blessures involontaires envers ces personnes et qu'à ce jour la décision rendue par la Cour d'Appel de Toulouse est malheureusement irrévocable.

Alors que dans l'affaire de Nice l'induction de néphropathies par absorption d'asiatitrats a été reconnue, conduisant ainsi à la condamnation de Mr Rombi pour homicides involontaires, dans l'affaire de Toulouse, ce lien de cause à effet n'a jamais été reconnu en dépit des néphropathies dont souffrent les victimes depuis l'absorption des arkogélules asiatitrats. En plus de cette souffrance quotidienne, elles doivent également supporter le joug d'une justice dont le manque de logique ne fait qu'accroître leurs douleurs.

Maintenant que tous les recours de la justice française ont été consommés et que justice n'a toujours pas été faite pour les victimes toulousaines, que peuvent-elles espérer?

SI VOUS ÊTES FAMILIER AVEC D'AUTRES INSTRUMENTS DE JUSTICE, D'AUTRES VOIES JURIDIQUES AUXQUELLES LES VICTIMES POURRAIENT RECOURRIR OU SI VOUS AUSSI AVEZ PERDU VOS REINS SUITE À L'ABSORPTION DE PILLULES À BASE DE PLANTES CHINOISES OU SI VOUS CONNAÎSSEZ QUELQU'UN DANS CETTE SITUATION OU SIMPLEMENT EN SIGNE DE SOUTIEN AUX VICTIMES, S'IL VOUS PLAÎT VEUILLEZ LAISSER UN COMMENTAIRE. S'IL VOUS PLAÎT AIDEZ-NOUS. MERCI.

1 Comments:

Anonymous Anonyme said...

Boujour,
Je suis journaliste, et je prépare un reportage sur les plantes commarcialisées par Arkopharma.
Pouvez-vous me transmettre un numéro de téléphone où je peux vous joindre le plus rapidement possible?
Je souhaite aussi entrer en contact avec Mr Jouffret,dont la femme est décédée à cause de ces plantes.
Voiçi mon adresse mail: tarsissirola@hotmail.com
Bien cordialement.
Rola Tarsissi

12:51 PM

 

Enregistrer un commentaire

<< Home

mercredi, avril 02, 2008

Mais que s'est-il passé depuis mai 2007?

Suite au verdict honteux de la cour d'appel de Toulouse, l'une des victimes a contacté un avocat pour pourvoir en Cassation (l'autre victime toulousaine n'ayant pas été prévenue dans les quatres jours qui ont suivis le verdict n'a pas pu le faire). Alors qu'un dossier commençait à être constitué pour assurer la défense en cassation, Mr Rombi, qui avait également formé un pourvoi, a fini par se désister si bien que l'affaire des asiatitrats (Toulouse) serait classé, et donc le verdict de la cour d'appel de Toulouse irrévocable, avec aucun recours supplémentaire possible puisque la cour de cassation est précisément le dernier recours.

Il est absolument scandaleux de constater qu'en raison du "bon plaisir" de Mr Rombi, dont la société et certains produits sont à l'origine de décès et de maladies diverses, y compris nephropathies et cancers, la justice ne puisse suivre sont cours.

Si vous connaissez des recours supplémentaires ou avez des suggestions pour que justice soit faîte, nous vous prions de nous en informer en laissant vos commentaires. Merci.

mardi, mai 29, 2007

Noyer le poisson

Ce n'est pas parce que la presse ne se penche pas de plus près sur cette affaire que les victimes n'existent pas et donc qu'en définitive il n'y a pas d'affaire. Jusqu'à maintenant les seules victimes mentionnées sont les deux jeunes femmes de Nice décédées en 2000 et 2001, et les deux jeunes toulousaines dont les vies ont été radicalement détériorées suite à l'absorption des asiatitrats commercialisées par Arkopharma. Ainsi si l'on regarde le dernier rapport annuel d'Arkopharma, 2006, au-bas de la page 121 on peut lire:


"Dans une procédure de référé devant le TGI de Nice en date du 13 février 2002, ARKOPHARMA est assigné en tant que fournisseur potentiel de plantes chinoises qui auraient concourues à l’apparition de graves troubles de santé chez une patiente. Le 17 octobre 2006, la cour d’appel d’Aix en Provence a confirmé l’allocation de 225 000 euros à Mme M."

Certaines victimes ont décidé de faire jouer la responsabilité civile d'Arkopharma qui a d'aileurs signé un protocole d'accord avec une compagnie d'assurance bien connue. D'autres victimes existent donc bel et bien, chacune menant du mieux qu'elle peut une bataille juridique plus ou moins pénible s'ajoutant à leurs souffrances. Simplement on en parle pas...

En parcourant les rapports annuels d'Arkopharma depuis 2002, il est intéressant de remarquer qu'Arkopharma a constitué une provision s'élevant à 302 000€, fin 2002, afin de couvrir le risque potentiel encouru dans l’hypothèse où l'assureur du Groupe persisterait dans le refus de couverture du sinistre « plantes chinoises ». La provision passant à 454 453€ fin 2003. Intéressant de la part d'Arkopharma et de Mr Rombi qui depuis le début ont toujours nié et continue de nier le lien de cause à effet quant à l'absorption des asiatitrats et les néphropathies, cancers et décès...

vendredi, mai 25, 2007

Max Rombi ex. PDG fondateur d' Arkopharma et président actuel du conseil de surveillance condamné en appel pour tromperies et...

...sans peine supplémentaire par la Cour d'Appel de Toulouse jeudi 24 mai 2007 dernier. Autrement dit toujours relaxé des charges de blessures "involontaires" . De plus la Cour d'Appel de Toulouse a rabaissé l'amende qui passe de 15.000 euros à 12.500 euros. Maintenant il n'y a plus besoin de cacher la main lorsqu'un malfrat jette la pierre: le tribunal se charge de lui couvrir la main. Et pourquoi ne pas carrément lui donner la pierre? Après tout tant qu'il y a de l'argent à se faire! Car en laissant Mr Rombi, Arkopharma et le pharmacien impunis, il y aura encore d'autres victimes, d'autres souffrances que des personnes supposées être "instruments de justice" ont délibérément laissé passer à travers les mailles du filet. Ainsi pour quelle raison après près de 14 ans de procédure le parquet général n'a pas requis de peine supplémentaire à l'égard de Mr Rombi? ÇA PUE !!! Encore une fois: Mais de quoi se plaignent les victimes? Vraiment de quoi?

mercredi, mai 23, 2007

Affaire des asiatitrats (Toulouse): Verdict de l'appel demain jeudi 24 mai 2007

Nice:
2 jeunes femmes décédées en 2001.
Condamnation en appel de Max Rombi pour homicides "involontaires"en novembre 2006 .

Toulouse:
2 jeunes femmes dont les vies ont été gravement altérées depuis 1993.
Relaxe de Max Rombi des chefs d'inculpation de blessures "involontaires" en juillet 2006.

A Nice l'autopsie confirma les empoisonnements par asiatitrats.
A Toulouse Max Rombi et Arkopharma réclament des prélèvements supplémentaires sur les victimes...

FAUT-IL ATTENDRE QUE LES VICTIMES SOIENT MORTES POUR QUE JUSTICE SOIT FAITE?

vendredi, mars 23, 2007

Procès en Appel pour les asiatitrats (Toulouse) : Verdict prévu pour le jeudi 24 mai 2007

L'audience d'hier devant la 3ème chambre des appels correctionnels à Toulouse dans le cadre du procès à Max Rombi, ex-PDG, fondateur et président du conseil de surveillance d'Arkopharma, dont la famille est actionnaire majoritaire, accusé de blessures "involontaires" et tromperies, s'est déroulé de façon plus dynamique que l'audience du 19 avril 2006.

Interrogé par le Président du Jury, Max Rombi a affirmé qu'en dépit du doute concernant les plantes et suivant les indications du pharmacien principal d'Arkopharma et du chimiste en-chef d'Arkopharma, qui n'ont pas la moindre compétence en Médecine Tradionnelle Chinoise et pour lesquels les poudres(1) ne présentaient apparemment aucun danger pour la santé, qu'il avait décidé de mettre sur le marché les asiatitrats sans même attendre l'avis du Professeur Paul But (2) de l'Université de Hong-Kong expert en Médecine Traditionnelle Chinoise. Où est-donc l'involontarité pour les blessures de Toulouse et les homicides de Nice là-dedans? Comme pour justifier son geste, Max Rombi a également rajouté que de toutes façons les asiatitrats n'ont jamais vraiment rapporté à Arkopharma (3) ... C'est là une ardoise bien lourde que les victimes ont dû régler et continuent encore de payer pour satisfaire la soif d'argent et l'appât de gain de Mr Rombi et Arkopharma qui jouèrent à la roulette en gageant des milliers de vies innocentes!

Le pharmacien toulousain, Jean-Bruno Maury, a reconnu avoir racheté à l'époque des poudres(1) à Arkopharma et avoir vendu près de 450kg de "médicamments" sans vraiment savoir ce qu'il y avait dedans faisant confiance à Max Rombi et Arkopharma.

Pour ce qui est du dossier d'expertise, les avocats des victimes ont fait remarquer qu'il n'y avait pas de raison qu'il fusse écarté alors qu'il a été retenu par le Tribunal Correctionnel de Nice et par la Cour d'Appel d'Aix-en-Provence et que les prétextes pour l'écarter sont des plus douteux. Les avocats des victimes ont fait également remarquer que malgré leurs demandes d'expertises multiples celles-ci n'ont jamais abouties et que la procédure, qui dure maintenant plus de 17 ans, connaissait des lenteurs des plus gênantes.

Le verdict de cette audience est attendu pour le jeudi 24 mai prochain.

Complément d'informations:
  • Posant le problème de la toxicité des deux plantes qui ont été confondues, le Président du Jury a fait remarqué que la toxicité de l'aristolochia avait dejà été mis en cause en Belgique en 1972. En 1981, sa toxicité avait déjà été reconnue comme le confirme un arrêté de 1995.
  • Rombi a déclaré qu'au moment de la commercialisation des asiatitrats (1989 - mai 1994), l'aristolochia n'était pas reconnue toxique. Le Président du Jury a fait remarquer que la reconnaissance de la tétrandrine , alkaloïde contenu dans la stephania tetrandra, était déjà facile de même que son contrôle. Rombi et Arkopharma auraient donc vendu un produit que non seulement ils ne connaissaient pas mais dont les effets toxiques étaient déjà connus en occident depuis 1964.
  • Il s'avère donc que les deux plantes impliquées, tant le han fang ji (stephania tetrandra) comme celle par laquelle elle aurait été "accidentellement" substituée, le guang fang ji (aristolochia fang ji), ont des effets toxiques qui étaient amplement connus au moment de la commercialisation des asiatitrats d'Arkopharma.
  • Interrogé par le Président du Jury quant au manque de tenue des ordonnanciers dans la pharmacie, Jean-Bruno Maury, a affirmé que 1200 préparations ont été notées et que d'autres ne l'ont pas été. Autrement dit, au moins 1200 asiatitrats furent vendues par la pharmacie toulousaine.
  • L'avocat qui représente l'Union Fédérale des Consommateurs a rappelé qu'en 1993 le Ministère de la Santé avait été alerté pour l'affaire des 60 patients décédés, que le 26 mars Arkopharma était mis en cause mais que la source du mal n'avait pas été arrêtée, et que malgré les rappels incessants, ce n'est qu'un an après, le 11 mai 1994, qu'Arkopharma fit circuler l'information.



(1) Or d'après un expert en Médecine Traditionnelle Chinoise de la Clinique de Louisville (USA), (...)parce que les composants toxiques sont très rarement solubles dans l’eau,la décoction d’eau est la méthode de base pour les préparations de médicamments traditionnels à base de plantes chinoises(...).

(2) Le 12 Juin 2004, dans le cadre d'un meeting conjoint avec la Société Royale de Pharmacie, l'Académie de Sciences Pharmaceutiques de Grande-Bretagne, la Société pour la Recherche en Herbes Médicinale et la Société Internationale pour l'Ethnopharmacologie, le Professeur Paul But affirmait à propos des aspects toxicologiques de la Médecine Traditionnelle Chinoise que durant les 10 dernières années (soit depuis 1994) la nephrotoxicité de matériaux contenant de l'acide aristolochique a donné lieu à l'introduction du terme "nephrologie par herbes chinoises" et qu'en plus des fatalités et autres évènements d'intoxication chronique recensés en Belgique, Royaume-Uni et d'autres pays, plus de 100 cas de nephrotoxicité furent alors rapportés en Chine où les espèces aristolochia et asarum étaient impliquées. Lors de cette conférence, le Professeur Paul But a également insisté sur le fait que le contrôle de qualité, la formation des fournisseurs et la publication de plus amples informations quant aux médicamments pouvaient contribuer ensemble à réduire les risques d'accidents toxiques (src: http://www.pjonline.com/Editorial/20040724/forum/forum_tcm.html).

(3) L'activité "phytothérapie" le parent pauvre d'Arkopharma? Selon les derniers rapports annuels d'Arkopharma, le secteur d'activité "phytothérapie" d'Arkopharma représente plus de 55% du chiffre d'affaires d'Arkopharma. Rappelons également que les asiatitrats d'Arkopharma furent annoncées comme des produits minceur et que comme le souligne l'article paru dans Le Point du 17 août 2006, "Les charlatans de la minceur", dans lequel figurent Max Rombi et Arkopharma, les produits amaigrissants représentent 30% du chiffre d'affaires des compléments alimentaires, avec, comme locomotive, 4,3,2,1 Minceur, d'Arkopharma, et ses 12% de parts de marché. Parmi tous leurs produits, les produits de la gamme minceur sont ceux qui ont toujours contribué le plus au CA d'Arkopharma.

1 Comments:

Anonymous Supernova said...

Toute cette affaire pue. Sur le sîte http://membres.lycos.fr/sidanet/E_fourni.htm on peut lire: "Arkopharma, fondée à l'origine par un simple vétérinaire (Max Rombi) qui semble avoir disposé d'appuis politiques et de soutiens considérables est devenu un leader dont les produits sont implantés exclusivement dans les pharmacies. Certaines plantes seraient de provenance douteuse (on nous a parlé de sac de tilleuil réduit à l'état de poussière...) et donc réputées de mauvaise qualité. Sur le plan commercial Arkopharma serait à la tête d'un véritable holding et certaines filiales servent à écouler des produits de l'usine sous une grande diversité de marques. Ce manque de transparence lui permet d'être également présente dans les maisons dites de régime qu'elle avait snobées et qui le lui rendent bien. Grace à l'obscurité de ses "sociétés écrans" soigneusement enchevêtrées, Arkopharma est parvenu à piéger, à son insu, une revue de défense des consommateurs qui a publié un banc d'essai sur le Ginseng"...

6:42 PM

 

Enregistrer un commentaire

<< Home

jeudi, février 22, 2007

Affaire des asiatitrats (Toulouse): Appel prévu pour le jeudi 22 mars 2006

Le Jeudi 22 Mars 2007 prochain à 14 heures devant la 3ème chambre des appels correctionnels à la Cour d'Appel de Toulouse se tiendra l'audience qui suit le jugement honteux du 5 Juillet 2006 par lequel Max Rombi, fondateur et ex-PDG d'Arkopharma dont il assure toujours la présidence du conseil de surveillance, fut relaxé du chef d'inculpation de blessures involontaires.

Alors qu'il fut retenu par le Tribunal Correctionnel de Nice débouchant sur la condamnation de Max Rombi à 2 ans de prison avec sursis avec 20.000 euros d'amende pour homicides "involontaires" en Novembre 2005, un rapport accablant établissant le lien de causalité de manière irréfutable entre l'absorption des arkogélules asiatitrats et les néphropathies fut écarté sous des prétextes particulièrement douteux lors de l'audience du 19 Avril 2006 au Tribunal Correctionnel de Toulouse. Ce même rapport fut retenu le 18 Septembre 2006 par la Cour d'Appel d'Aix en Provence dont le verdict du 13 Novembre 2006 confirme le jugement du Tribunal Correctionnel de Nice du 17 novembre 2005.


Comme pourra l'apprécier le lecteur en utilisant le moteur de recherche du site Legifrance, Max Rombi et Arkopharma sont bien connus des Tribunaux. Il semblerait que la justice est d'autant plus aveugle qu'il n'y a pas plus aveugle que celui qui refuse de voir. Des vies auraient pu être épargnées...

Deux ans après les décès des victimes de Nice, treize ans après la commercialisation des asiatitrats, et sept mois après le communiqué de l'AFSSAPS sur les effets de l'Exolise (Avril 2003), à la question:"Est-ce que les médicaments naturels n’ont vraiment aucun effet secondaire ?" Max Rombi avait répondu: "Oui. Il n’y a pas d’effets indésirables. "...
(src: interview de Mr Rombi à l'Express.mu du Dimanche 23 Novembre 2003.)

Alors combien faudra-t-il de victimes supplémentaires pour que la justice ouvre enfin les yeux?

MERCI DE BIEN VOULOIR LAISSER VOS COMMENTAIRES EN SIGNE DE SOUTIEN POUR LES VICTIMES
(cliquer sur "Commentaires" et "Enregistrer un commentaire")

3 Comments:

Anonymous Chris63 said...

Il est déjà navrant de constater que nous ne sommes pas à l'abri de charlatans. En plus que la justice les laisse passer à travers les mailles du filet... Hélàs ce sont les innocents qui payent alors que les escrocs sont bien à l'abri.

6:55 PM

 
Anonymous Bob said...

ON S'EN FOUT! POURQUOI ON SE FOULERAIT? LES POURRIS S'EN SORTENT TOUJOURS ET TANT PIS POUR LES VICTIMES!

2:25 PM

 
Anonymous Anonyme said...

Autre danger ?

J'ai pris l'habitude de prendre une arkogélule de fumeterre le soir pour la digestion, sans problème depuis des mois.

Mais depuis peu j'ai pris chaque matin une (et pas plus par jour) arkogélule de 3 ou 4 plantes destinées à améliorer le flux urinaire, et rapidement mon estomac a été sérieusement ulcéré. L'arrêt des prises a ramené le calme. J'ai répété l'expérience 3 fois, après élimination d'une plante ou d'une autre que je suspectais, et chaque fois j'ai rencontré les mêmes souffrances.

Je suis inquiet quant à la qualité de la préparation de ces plantes anodines (fleur d'ortie, prêle et échinacée, bruyère et canneberge pour celles que j'ai évincées).

Rien n'indique leur origine ni leur préparation. Labos français ou fermes chinoises ? Or je sais que les petites boutiques de phito pululent et qu'elles travaillent sans contrôle, in the backyard.

Par exemple ce problème se pose pour le 5HTP extrait du griffonia, une plante africaine. Aux USA ce produit avait tué du fait de sa préparation sans hygiène. Malgré cela son retour en grâce le voit préparé et vendu par n'importe qui en France, il suffit de le constater sur internet !

Quelqu'un d'autre s'est-il fait "arracher" l'estomac comme moi après une cure légère de 15j d'arkogélules de plantes anodines ?

J'ai un système digestif très sensible et peu tolérant, et d'une certaine façon c'est une chance. Mais d'autres pourraient supporter sur le long terme ce qui pourrait bien se révéler toxique ou pire.

Merci pour votre site qui m'incite à la plus grande prudence.

1:58 AM

 

Enregistrer un commentaire

<< Home

mardi, janvier 16, 2007

Mais de quoi se plaignent les victimes?

De presque rien! Cherchant à perdre du poids elles tombent sur les arkogélules asiatitrats d'Arkopharma qui, vendues en pharmacie sans autorisation de mise sur le marché, s'annoncent comme des remèdes favorisant la perte de poids alors que la perte occasionnée sera celle de leurs reins. Certaines même y laisseront leurs vies...

Les reins bousillés, les victimes survivent grâce au travail des professionnels de la santé dont les méthodes doivent être à la hauteur du mal infligé et donc suffisamment fortes pour compenser au mieux des fonctions vitales réduites à néant. Non greffées, elles ont recours à la dialyse afin d'éliminer les toxines qui s'accumulent dans l'organisme et maintenir l'équilibre de l'eau et la composition du sang. Greffées elles consomment toute une panoplie de médicamments anti-rejets dont la longue liste des effets secondaires inclue: risque accru de cancer, osteoporose, hypertension artérielle, troubles digestifs, oedèmes, gonflement des gencives (gingivites), pousse anormale des poils, perte de cheveux, augmentation du sucre dans le sang (risque accru de diabète), augmentation du cholesterol, soufflements, fatigues, etc. Il s'agit là des premières conséquences indirectes liées à l'absorption des arkogélules asiatitrats d'Arkopharma.

Dans la mesure où les médicamments anti-rejets bloquent les défenses immunitaires afin de minimiser les risques de rejet, les victimes sont très exposées aux risques d'infections et de maladies. C'est non seulement la santé de la victime qui a été bouleversé mais sa qualité de vie a été considérablement détériorée dans la mesure où elle est sujette à de nombreuses privations de façon à ne pas interférer avec l'action des médicamments qu'elle doit prendre tout en limitant au mieux leurs effets secondaires comme les risques de cancers. Ainsi les victimes savent qu'il leur est fortement déconseillé de s'exposer au soleil. Alors pour ce qui est des vacances au bord de mer en été...

Les difficultés professionnelles et financières sont d'autres conséquences indirectes liées à l'absorption des arkogélules asiatitrats. Sur le plan professionnel le choix des victimes est limité. Ainsi, compte tenu de leur fragile condition physique et leur santé délicate, les victimes doivent prendre soin de choisir, lorsqu'elles le peuvent, une activité professionnelle qui ne soit pas physiquement contraignante. Du fait qu'elles ont tendance à se fatiguer plus vite, les victimes peuvent difficilement occuper des emplois à temps complet. De ce fait, les victimes souffrent également de discrimination professionnelle. Les embauches sont difficiles. Ce n'est évidemment pas sans répercussions financières. Ce qui accentue d'autant les discriminations financières dont elles sont... victimes!: impossibilité d'obtenir des prêts (alors les crédits immobiliers...), assurances et mutuelles onéreuses, etc.

Ce n'est donc pas seulement la victime qui est touchée, mais c'est également tout son entourage familial qui est indirectement touché. C'est le bien être du foyer qui a été gravement altéré comme conséquence indirecte de l'absorption des asiatitrats d'Arkopharma. Deux ans de prison avec sursis et 45,000€ pour homicides "involontaires" dans l'affaire de Nice, ne ramèneront jamais une maman à ses petites filles et ne sauraient être considérés comme "compensation" financière. Quant aux 30,000€ d'amende pour tromperie et la relaxe de Mr. Rombi, qui est bien connu des tribunaux, de l'inculpation de blessures involontaires en juillet 2006: une moquerie!

Alors vraiment: de quoi se plaignent les victimes?

1 Comments:

Anonymous Anonyme said...

Cheres victimes, je suis de tout coeur avec vous. Je propose à tous les internautes 1mn et + par jour pour orienter leurs pensées vers la concrétisation positive de cette affaire pour les victimes. Ne négligeons pas notre pouvoir, agissons chacun à notre niveau dès aujourd'hui.

Magalie

9:22 AM

 

Enregistrer un commentaire

<< Home

mardi, novembre 14, 2006

Max Rombi ex. PDG fondateur d' Arkopharma et président actuel du conseil de surveillance condamné en appel pour homicides involontaires

Suite à l'audience du 18 septembre 2006, la Cours d'Appel d'Aix-en-Provence a prononcé la confirmation du jugement du Tribunal Correctionnel de Nice du 17 novembre 2005 avec aménagement. Max Rombi, ex. PDG fondateur d'Arkopharma et président actuel du conseil de surveillance, a donc été condamné pour homicides "involontaires" à deux ans de prison avec sursis assortis d'une mise à l'épreuve de trois ans, compte tenu de ses condamnations précédentes*, et une amende de 45.000€. L'ancien pharmacien Jean-Paul Gallon a été condamné à 12 mois de prison avec sursis assortis d'une mise à l'épreuve. La condamnation initiale de Mr Rombi à trois ans de prison avec sursis a donc été rabaissée d'un an mais le sursis ne serait plus simple. Quant à son amende elle aurait été majorée au maximum passant de 30.000€ à 45.000€.

Rappel des faits

En novembre 2000, peu après le décès, à 40 ans, de Régine Crispino, à la suite d'un cancer des voies urinaires, une information judiciaire avait été ouverte par le parquet niçois. Un an plus tard une autre jeune femme, Valérie Jouffret, était décédée, à 34 ans, d'une pathologie similaire. Les deux victimes avaient suivi un régime amaigrissant à base de gélules asiatitrats commercialisées au début des années 1990 par Arkopharma sans autorisation de mise sur le marché. Les asiatitrats, aux vertues soient disant amincissantes, devaient contenir une herbe chinoises, stephania tetrandra (ou han fang ji) substituée par de l'aristolochia fang ji (ou guang fang ji) aux propriétés cancérigènes (Arkopharma aurait importé près de 750kg d'aristolochia fang ji entre 1989 et 1992 pour les asiatitrats). De plus ni le stephania tetrandra (ou han fang ji) ni l'aristolochia fang ji (ou guang fang ji) ne sont utilisés en médecine traditionnelle chinoise dans des préparations "minceur". En France ce serait environ 2.000 femmes qui auraient été exposées et beaucoup plus en Belgique où un million et demi d'asiatitrats furent vendues.


(*) Récapitulatif pénal de Max Rombi:
  • 17 Sept. 1990 - Condamnation à 15.000 francs d'amende pour mise en vente de spécialités pharmaceutiques sans autorisation de mise sur le marché et publicité illicite en faveur des dits produits.
  • 5 Sept. 1995 - Condamnation à 15.000 francs d'amende pour commercialisation de médicamment sans autorisation de mise sur le marché.
  • 7 Dec. 1995 - Condamnation à 130.000 francs d'amende dont 50.000 avec sursis pour tromperie, publicités de nature à induire en erreur, commercialisation de spécialités pharmaceutiques sans autorisation de mise sur le marché, mise en vente de remèdes secrets et infractions à la réglementation relative à la publicité concernant les médicaments.
  • 1998 - Condamnation pour tromperies et publicité mensongère. Max Rombi avait commercialisé un autre produit amincissant, Bio 2000, sans apposer les mentions légales.
  • 17 Novembre 2005 - Condamnation pour homicides "involontaires" (condamnation appelée cf. verdict du 13 Novembre 2006)
  • 5 Juillet 2006 - Condamnation pour tromperies et publicité mensongère pour les asiatitrats (condamnation appelée)
  • 13 Novembre 2006 - Condamnation en appel pour homicides "involontaires".

Source et informations supplémentaires: décisions de cassation consultables en utilisant le moteur de recherche du site Legifrance.

Annexe:
Dans son communiqué adressé au personnel suite au verdict rendu le 5 juillet 2006 par le Tribunal Correctionnel de Toulouse, Arkopharma affirme:
(...)Nous demeurons donc confiants dans l’issue des prochaines échéances judiciaires, l’appel de la précédente condamnation prononcée à Nice devant se tenir en septembre prochain, et nous continuerons à vous tenir informés.(...)
Arkopharma n'a certainement pas manqué d'informer son personnel de la condamnation en appel de son fondateur, actionnaire majoritaire et président du conseil de surveillance, Mr. Rombi, pour homicides "involontaires"...

3 Comments:

Anonymous Célimat said...

Incroyable! Mr Rombi a déjà été condamné à plusieurs reprises pour les mêmes motifs, il persiste et signe, en plus homicides involontaires, et la justice(?) le ménage toujours. Quant a Arkopharma et leurs arkogélules...

2:25 PM

 
Anonymous Mallrat said...

Avec le nombre de societies dans lesquelles Mr Rombi a des interests - Arkopharma, Arkochim, Europhyto, editions Romart, editions Alpen(?), etc. il trouvera toujours un moyen de se mettre a l'abri. De plus son experience dans les tribunaux lui donne toujour une longueur d'avance. Il devrait faire un pourvoi en cassation lui qui en a tellement l'experience...

1:39 PM

 
Anonymous Anonyme said...

les deux précédents commentaires résument, d'une manière très claire, où se trouve la justice dans cette histoire?
Ce tourne-t-elle côté malade ou côté profit?
Les récidives ne manquent pas pourtant!!!!

11:23 PM

 

Enregistrer un commentaire

<< Home

mardi, novembre 07, 2006

Affaire des asiatitrats (Nice) : Verdict de l'appel du 18 sept. dernier prévu pour le prochain lundi 13 novembre 2006

Le verdict de la Cours d'Appel d'Aix en Provence suite à l'audience du 18 Septembre dernier devrait être rendu lundi prochain le 13 Novembre. Lors de l'audience du 18 Septembre la confirmation de la condamnation prononcée un an plus tôt à Nice (à savoir 3ans de prison avec sursis pour homicides "involontaires" et 30,000€ d'amende) fut requise par le parquet général pour Max Rombi, ancien PDG et fondateur d'Arkopharma où il assure toujours la présidence du conseil de surveillance. Ce verdict est attendu d'autant plus qu'en Juillet 2006 le Tribunal Correctionnel de Toulouse avait relaxé Max Rombi des charges de blessures involontaires sur deux jeunes victimes de la région toulousaine.

1 Comments:

Anonymous Julie C. said...

Bon courage aux familles des victimes qui ont grand besoin que justice soit faîte surtout face à une partie sans morale qui ne manque pas de ressources financières...

1:39 PM

 

Enregistrer un commentaire

<< Home

lundi, octobre 30, 2006

Recherche bouc émissaire désespérément

Dans un effort désespéré pour alimenter la polémique du lien de cause à effet et dans la lignée de sa polique de négation et de non assumance de responsabilité, Mr Rombi, ex-PDG fondateur et président du conseil de surveillance d'Arkopharma, a trouvé un nouveau bouc émissaire: l'Isoméride. En effet, d'après Mr Rombi ce serait l'association de l'isoméride avec les gélules asiatitrats qui serait responsable des insuffisances rénales, cancers et décès. Autrement dit: TOUTES les victimes ont forcément consommé de l'Isoméride! Il faut donc aller voir aussi du côté du laboratoire pharmaceutique concurrent d'Arkopharma qui a fabriqué et commercialisé l'isoméride...

Seulement voilà:

1) Statistiquement il est impossible que toutes les victimes aient consommé de l'isoméride avec les arkogélules asiatitrats à moins que les asiatitrats n'aient contenues d'autres "ingrédients" en plus des plantes impliquées...
2) L'isoméride est la cause d'hypertension artérielle pulmonaire et de complications cardiaques chez ses victimes alors que les victimes de l'asiatitrats ont développées des insuffisances rénales chroniques (suivies de cancers et de décès pour les plus infortunées d'entre elles).

Intéressant. Mr Rombi alimente une polémique au sujet d'un lien embarrassant tout en rejetant sa culpabilité et celle d'Arkopharma sur un laboratoire concurrent en profitant de l'incrimination d'un autre produit "amincissant" largement connu du public fabriqué et commercialisé par ce dernier.

Pour en savoir plus sur l'isoméride voir le sîte de l'Association des Victimes de l'Isoméride.

1 Comments:

Anonymous René Lecoq said...

Répugnant.

9:20 PM

 

Enregistrer un commentaire

<< Home

mardi, septembre 19, 2006

Septembre 2006: Débat sur Renaloo

Suite à la procédure d'appel du 18 Septembre, un de nos messages sur Renaloo, a donné lieu à un fil de discussion dans lequel les commentaires d'un nommé "Greg" (nouvellement inscrit, depuis le 18 Septembre) illustrent à la perfection la position de Mr Rombi et Arkopharma sur l'affaire asiatitrat...

Vous pouvez voir les commentaires, que nous avons reproduits, en cliquant sur le lien "Commentaires" ci-dessous et participer en ajoutant le(s) vôtre(s) si vous le souhaitez.

Mise A Jour - 20/09/2006:
Suite au dernier comentaire de "Greg", un certain "Root66" (nouvellement inscrit lui aussi, depuis le 19 Septembre) a pris la relève. Son message est un bel exemple de manipulation de l'information et correspond à une stratégie de division et de discréditation. Tout comme pour l'utilisation du lien de cause-à-effet par Mr Rombi et Arkopharma dans l'affaire...
Le message de "Root66" est reproduit dans les commentaires ci-dessous avec notre réponse. Ce sont là les derniers messages de la discussion ouverte sur Renaloo que nous reproduisons.

1 Comments:

Blogger ML said...

Reproduction du message de "Greg" Posté le: Lun 18 Sep, 2006 10:30 sur Renaloo:

Bonjour a tous,

J’aimerai apporter ma contribution à cet excellent post…

Je ne rentrerai pas dans le débat des profits-actionnaires-dividendes-blabla… car ce raisonnement s’applique à malheureusement à beaucoup de sociétés privées et il suffit de voir l’actualité avec Michelin et l’amiante pour se rendre compte que l’éthique n’est pas forcement la première caractéristique de ce monde.

Néanmoins ne restons pas sur ce mode de désinformation car on entend trop souvent que les forums sont une compilation d’informations non vérifiées. Un exemple : Les Laboratoires Arkopharma n’ont pas vendu de « produits », il s’agissait d’une préparation magistrale faite par une pharmacien, ce qui au final, ne change pas grand chose, je vous l’accorde mais soyons précis.

De plus le lien entre plantes chinoises et néphropathies ne semble pas si évident, de l’aveu même des autorités belges : http://www.cbip.be/Folia/index.cfm?FoliaWelk=F27F11E&keyword=plantes%20chinoises

Il y a beaucoup de choses à dire sur cet épineux dossier. Lors de me recherches je suis également tombé sur le blog du Dr. Rombi : http://www.le-scandale-des-plantes-chinoises.com
Celui-ci apporte de grandes précisions sur l’affaire et complète le Blog http://victimesplanteschinoises.blogspot.com/ qui malheureusement se discrédite de lui-même en faisant un amalgame infâme d’informations parcellaires, à la limite de la désinformation… dommage


Reproduction du message de ML Posté le: Lun 18 Sep, 2006 14:30 sur Renaloo:

Bonjour,

Tout d'abord je souhaite bon courage à Jiji06 pour l'appel qui se tient aujourd'hui à Aix-en-Provence au cours duquel ses 3 filles et lui devront une fois de plus revivre le calvaire ayant conduit à la perte de son épouse et de leur mère causée par Mr Rombi et Arkopharma.

Greg dans votre post vous illustrez à la perfection le mépris et le dédain de Mr Rombi et Arkopharma à l'égard des victimes et de leurs familles qui n'ont rien trouvé de mieux que de jeter le doute sur un lien qui a déjà été établi et reconnu par des experts mondiaux dont l'OMS et pour lequel Jiji06 était allé jusqu'à autoriser l'autopsie de son épouse.

Pour ce qui est des informations publiées sur notre blog Victimes Plantes Chinoises, comme vous avez pu le constater leurs sources y sont rattachées. Nous n'inventons rien. Les lecteurs ont également le droit de savoir que l'asiatitrat n'est pas le seul produit ou préparation magistrale ayant occasionés des victimes et pour lesquels Mr Rombi ex-PDG fondateur d'Arkopharma, président actuel du conseil de surveillance et actionnaire majoritaire, a été ou/et est encore poursuivi par la justice. Ainsi Mr Rombi fut déjà condamné pour tromperies et publicités mensongères pour un autre produit "minceur" appelé Bio2000 en 1998 (comme vous pouvez le constater la source de l'information est accessible par un simple clic comme dans notre blog). Tout comme le communiqué de l'AFSSAPS sur l'Exolise et les hépatites ou la toxicité des cigarettes NTB d'Arkopharma d'après un article de la Mission Interministérielle de Lutte Contre la Drogue et la Toxicomanie. Serait-ce là, Greg, ce que vous appelez "amalgame infâme d’informations parcellaires, à la limite de la désinformation"?

A propos je note que vous précisez "préparation magistrale faite par une pharmacien" au lieu de produit. Autrement dit vous montrez bien que le pharmacien qui n'a fait qu'appliquer les directives d'Arkopharma en utilisant les produits fournis par Arkopharma a également sa part de responsabilité...

Vous me semblez aussi très bien renseigné sur Mr Rombi et Arkopharma. Et sans-doute conviendrez-vous que pour des préparations à base de plantes chinoises le choix et la manipulation de celles-ci requièrent une connaissance approfondie de ces plantes et de leurs utilisations. Alors sans doute pourriez-vous nous rappeler quelles sont les compétences de Mr Rombi (docteur vétérinaire de formation) en pharmacologie et en médecine chinoise d'autant plus que d'après un expert en médecine traditionnelle chinoise aucune des deux plantes impliquées dans l'asiatitrat n'est utilisée en médecine traditionnelle chinoise pour des préparations "magistrales" minceur?

Enfin, puisque vous avez lu notre blog, vous savez que avez la possibilité d'y laisser vos commentaires qui y seraient beaucoup plus appropriés que dans ce forum.

Allez-va, une fois de plus "à Cesar ce qui est à Cesar":

Extraits d'une interview de Mr Rombi donnée à l'Express.mu:

Rombi: Quand la médecine dite « classique » est apparue, on a négligé les plantes médicinales pour choisir ces nouveaux médicaments miracles. Lorsqu’on a découvert ensuite que ces substances avaient des effets secondaires néfastes, on est retourné vers la phytothérapie."
[...]
Journaliste:Est-ce que les médicaments naturels n’ont vraiment aucun effet secondaire ?
Rombi: Oui. Il n’y a pas d’effets indésirables
.

ML
http://victimesplanteschinoises.blogspot.com/

Post data:
Je demande pardon aux membres de ce forum pour les gênes que ce débat aurait pu occasionner et invite les membres intéressés à le poursuivre sur notre blog.


Reproduction du message de "Greg" posté le: Mar 19 Sep, 2006 11:44 sur Renaloo:

Le respect impose de ne pas citer les victimes dès que possible et encore moins de s’en servir de faire valoir.

Personne ne jette le doute ; celui-ci existe, c’est un fait scientifique. Il n’est pas établi formellement que la Guang Fang Ji (Aristolochia Fang Ji) , qui je le précise était autorisée à la vente tout comme la Stephania Tetrandra (Han Fang Ji), soit la cause « directe » des néphropathies.

Le Professeur Vercruysse, expert en la matière, ne croit pas non plus en la toxicité de l’Acide Aristolochique. Je rappel pour mémoire que cette substance (équivalente à l’Asiatitat) à été commercialisée en Allemagne durant plus de 20 ans sans que ce problème ne surgisse
Cela n’innocente pas l’Acide Aristolochique mais cela suppose au moins de devoir chercher une autre piste. A ce titre il est surprenant que personne ne parle des amphétamines et plus particulièrement de la dexfenfluramine ? Les experts semblent revenir sur leur thèses initiales et se penchent maintenant sur l’association de ces deux substances…

Pour ce qui est de votre blog, je remarque que vous ne publiez pas tous les commentaires, mais je persiste à dire que ce n’est pas parce les sources sont citées que les articles ont du sens.
Quel rapport entre l’Asiatitrat (confusion entre deux plantes), Bio2000 (Etiquetage non conforme) et les NTB (Il est évident que ne pas fumer est préférable à fumer quelque substance que ce soit, licite j’entend) ? Donc oui, il s’agit bien d’un amalgame qui nous écarte du problème de l’aristoloche…

Enfin, pour finir, je suis assez d’accord avec l’affirmation que vous citez, car bien utilisée (c’est à dire en étant certain de la plante utilisée) et aux bonnes doses, la phytothérapie est une fabuleuse alternative à l’allopathie trop systématique et rapidement utilisée sur des patients qui n’en ont pas toujours forcement besoin…

Cordialement,


Reproduction du message de ML Posté le: Mar 19 Sep, 2006 15:45 sur Renaloo:

Bonjour

Encore une fois "Greg", vos commentaires seraient beaucoup plus appropriés dans le blog des VICTIMES des Plantes Chinoises.

«Quel rapport entre l’Asiatitrat (confusion entre deux plantes), Bio2000 (Etiquetage non conforme) et les NTB»
Arkopharma...?

Voyons voir.

«Asiatitrat (confusion entre deux plantes) »
L'asiatitrat, sensée contenir du Stephania Tetrandra (ou Han Fang Ji) qui fut substitué par de l'Aristolochia Fang Ji (ou Guang Fang Ji), fut commercialisée par Arkopharma comme un produit ou "préparation magistrale" minceur. Or d'après un expert en Médecine Traditionnelle Chinoise aucune de ces deux plantes n'est utilisée dans des préparations pour la perte de poids. A moins évidemment que Mr Rombi, docteur vétérinaire passioné de phytothérapie, soit également expert en la matière...

«Bio2000 (Etiquetage non conforme)»
(...)L'ancien PDG d'Arkopharma a déjà été condamné en 1998 pour tromperie et publicité mensongère. Il avait commercialisé un autre produit amincissant, Bio 2000, sans apposer les mentions légales.(...) UFC Que Choisir? Tout comme l'asiatitrat, un autre produit "minceur" commercialisé par Arkopharma...

«NTB (Il est évident que ne pas fumer est préférable à fumer quelque substance que ce soit, licite j’entend)»
Encore un produit d'Arkopharma et en plus soit disant "bon pour la santé". Quelques extraits d'articles publiés sur le site de la Mission Interministérielle de Lutte Contre la Drogue et la Toxicomanie :

« vendues en pharmacie (...) elles contiennent pourtant du goudron comme les vraies »
« elles contiennent du goudron et sont donc cancérigènes »

L'Agence espagnole de médicaments (AEM) argumente « qu'on ne peut pas qualifier et commercialiser comme bons pour la santé des produits qui ne le sont pas ». L'étiquetage de la cigarette « NTB », fabriquée et distribuée par les laboratoire français Arkopharma, la présente « comme un dispositif gestuel et sensoriel et comme un produit sanitaire destiné aux personnes qui suivent des traitements de désintoxication du tabac ». L'AEM considère que cette image « ne correspond pas à la réalité »

Vous avez oublié l'Exolise encore commercialisé par Arkopharma et responsable d'Hépathites chez des consommateurs.

Quant au lien de cause à effet je vous laisse alimenter la polémique. Il n'en demeure pas moins que l'asiatitrat a fait des victimes y compris des décès, et que l'Agence Internationale pour la Recherche sur le Cancer de l'OMS dit: (...)There is sufficient evidence in humans for the carcinogenicity of herbal remedies containing plant species of the genus Aristolochia(...)

«ce n’est pas parce les sources sont citées que les articles ont du sens»
Dans le blog nous n'inventons rien. Et pour cela nous publions les liens des articles sur lesquels nous nous appuyons et que les lecteurs ne connaissent pas forcément. Comme par exemple l'article "Les Charlatans de la Minceur" de Le Point (Août 2006) qui parle entre autres de Mr Rombi, d'Arkopharma et de l'affaire asiatitrat: (...)Max Rombi, qui refuse de croire que ses gélules aient pu déclencher des cancers, a écopé de trois ans de prison avec sursis pour homicide involontaire. ... Les produits amaigrissants représentent en effet 30 % du chiffre d'affaires des compléments alimentaires, avec, comme locomotive, 4,3,2,1 Minceur, d'Arkopharma, et ses 12 % de parts de marché.(...)

«Enfin, pour finir, je suis assez d’accord avec l’affirmation que vous citez, car bien utilisée »
Vous parlez de celle-ci?
«Rombi: Oui. Il n’y a pas d’effets indésirables.»
en réponse à la question (...)Est-ce que les médicaments naturels n’ont vraiment aucun effet secondaire ? de la journaliste.

ou de celle-ci

«Rombi: Quand la médecine dite « classique » est apparue, on a négligé les plantes médicinales pour choisir ces nouveaux médicaments miracles. Lorsqu’on a découvert ensuite que ces substances avaient des effets secondaires néfastes, on est retourné vers la phytothérapie.

C'est bien pour cela d'ailleurs que Mr Rombi et Arkopharma se félicitent que leurs "produits" aient commencé à recevoir le statut de médicamment à partir de 1986...

Rappelons que ces affirmations sont tirées d'une interview de Mr Rombi à l'Express.mu du Dimanche 23 Novembre 2003. Autrement dit près de 13 ans après la commercialisation des asiatitrat, 2 ans après le décès d'une des victimes (épouse de Jiji06), et sept mois après le communiqué de l'AFSSAPS sur les effets de l'Exolise (Avril 2003). (...)Rombi: Oui. Il n’y a pas d’effets indésirables(...)

«Le respect impose de ne pas citer les victimes dès que possible et encore moins de s’en servir de faire valoir.»
Ce qui explique certainement le comportement de Mr Rombi et Arkopharma lors du procès en Octobre 2005 à Nice, comme vous l'avez lu en parcourant cet "excellent post" dans le message de Jiji06:
«(...)De plus, il y a de quoi être indigné dans la façon dont la société Arkopharma avait exprimé sa compassion pour la souffrance des familles des victimes. En effet, elle ne l’avait pas fait spontanément en même temps que le pharmacien en début de séance du procès, mais seulement à la fin après la réprimande faite par une des parties civiles représentant les consommateurs. On ne peut qu’appeler ça de la récupération de propos pour se donner « bonne conscience ».(...) Jiji06 mari d'une femme décédée d'une Néphropathie aux Herbes Chinoise»

ML
http://victimesplanteschinoises.blogspot.com/

PS:
Ces 4 derniers posts sont à présent publiés dans leur intégralité dans le sîte des Victimes des Plantes Chinoises où le débat peut se poursuivre.


Reproduction du message de "Greg" Posté le: Mar 19 Sep, 2006 16:31 sur Renaloo:

Evidement qu’Arkopharma est le dénominateur commun, puisque vous semblez vous acharner contre ce laboratoire. La question était, et vous n’y répondez pas : Quel rapport d’un point de vue scientifique entre le problème des Plantes Chinoises, un problème de packaging (Bio 2000) et une mise en garde contre les NTB ?

Vous ne faites que vous répéter depuis de très nombreux posts sans pour autant faire avancer le débat ; toujours pas de réponse quant à l’association dexfenfluramine (Isoméride) + Acide Aristolochique.

Puisque à priori il s’agit plus d’un défouloir, pour ne pas dire une croisade contre un laboratoire pharmaceutique, que d’un échange de points de vues scientifiques, je vais donc en rester là. Il n’y aura pas d’autres réponses. Ce débat (stérile) est donc clos.


ml said...
"Greg", comme vous pouvez le constater vos messages ont été reproduits sur notre blog et pour la n-ème fois vous pouvez y laisser vos commentaires.

En tant que "scientifique" que vous laissez entendre être, vous devriez savoir que n'est comparable que ce qui peut l'être. La raison de mentionner explicitement Mr Rombi et Arkopharma sur notre blog est tout simplement qu'ils sont à l'origine de l'affaire asiatitrat qui a clamé ses victimes et qu'ils ne sont pas inconnus de la justice. L'Exolise (hépatites), les cigarettes NTB (cancérigènes) et Bio 2000(condamnation pour fraudes et publicités mensongères) fabriqués et commercialisés par Arkopharma, et non un autre laboratoire, ont générés d'autres victimes (d'autres procès?). Comme vous le reconnaissez «Arkopharma est le dénominateur commun».

La négation du lien de cause à effet entre l'absorption des asiatitrats et les nephropathies évolutives vers un cancer des voies urinaires puis le décès de deux victimes en France est typique de Mr Rombi et Arkopharma comme les lecteurs peuvent l'apprécier à travers vos messages.

Comme pour atténuer la responsabilité de Mr Rombi et Arkopharma dans cette affaire, vous rappelez d'abord, au sujet de l'asiatitrat, qu'«il s’agissait d’une préparation magistrale faite par une pharmacien», et voilà que maintenant vous parlez de l'isoméride (ou dexfenfluramine) qui avec l'acide aristolochique (acide contenu dans l'aristolochia fang ji ou Guang Fang Ji) aurait pu avoir causé les nephropathies (puis cancers et décès) et non pas l'aristolochia fang ji ou Guang Fang Ji seul. Seriez-vous en train de dire qu'en plus des asiatitrats toutes les victimes ont consommées de l'isoméride? D'un point de vue scientifique, pour vous qui semblez être "passionné" de sciences, vous devriez savoir qu'une telle probabilité est infime. A moins que les préparations "minceur" asiatitrat ne contenaient autre chose que la plante qu'elles devaient contenir à savoir le Stephania Tetrandra (ou Han Fang Ji) et non l'Aristolochia Fang Ji (ou Guang Fang Ji) (rappelons qu'aucune de ces deux plantes n'est utilisée en médecine traditionnelle chinoise dans des préparations visant la perte de poids).

"Greg" en dépit de vos efforts pour "noyer le poisson", l'Agence Internationale pour la Recherche sur le Cancer de l'OMS ne peut être plus clair quant aux propriétés cancérigènes de préparations à base d'herbes du genre aristolochia: (...)There is sufficient evidence in humans for the carcinogenicity of herbal remedies containing plant species of the genus Aristolochia(...) IARC, Dec. 2002. Les asiatitrats consommées par les victimes et qui contenaient de l'acide aristolochique ont été préparées par des pharmaciens en suivant les directives d'Arkopharma utilisant les ingrédients fournis par Arkopharma et non un autre laboratoire.

Reproduction du message de "Root66" Mar 19 Sep, 2006 20:09 sur Renaloo:

ML, je pense que vous n’avez pas bien compris le principe d’un forum. Vous lancez un sujet « propagandiste » dont la finalité est d’attirer du monde sur votre blog et vous n’acceptez pas les avis contraires et suppliez les autres membres de ne plus poster de réponses… mais où vas-t-on ?

Commencez déjà par arrêter de polluer le web avec vos multiples copier-coller :

http://versionfemina.typepad.com/blog_maigrir_odile/2006/03/mon_rgime_nutri.html
http://forum.aufeminin.com/forum/sante15/__f76_sante15-Gelules-pour-maigrir.html
http://forum.aufeminin.com/forum/fitness1/__f53345_fitness1--attention-a-un-the-qui-ferait-soi-disant-mincir.html
http://www.plurielles.fr/plurielles/club/forums/0,,3270076-e1VOVl9JRCBNRVNfSUR9IHs0MDIgOTQ1MDUwfQ==,00-nutrition-.html

etc…

ahhh... j'oubliais celui-ci :
http://renaloo.com/forum/viewtopic.php?p=18650&highlight=#18650



Reproduction du message de ML Posté le: Mar 19 Sep, 2006 20:57 sur Renaloo:

Bonsoir "Root66"

Citation:
«vous n’acceptez pas les avis contraires»

Encore une fois les posts de "Greg" ont été reproduits dans leur intégralité sur le blog Victimes Plantes Chinoises. Vous ne voulez pas qu'en plus on lui donne raison?

Citation:
«et suppliez les autres membres de ne plus poster de réponses»

C'est vous qui le dîtes. Les membres de ce forum ont leur libre arbitre y compris vous "Root66"...

Citation:
«arrêter de polluer le web avec vos multiples copier-coller»

Si nous postons des messages dans d'autres forums, c'est dans le but d'épargner des complications similaires à celui de femmes qui ont absorbées les asiatitrats ou encore celles ou/et ceux qui à la suite de consommation d'Exolise ont développé des hépatites. Que pouvons nous faire de plus? Si seulement les victimes avaient pu recevoir ce type d'avertissement avant d'absorber ces foutues arkogélules... Arkogélules oui, car les préparations asiatitrats d'Arkopharma étaient vendues sous forme de gélules...

Citation:
« « propagandiste » »

Il nous serait difficile de rivaliser avec Arkopharma en la matière. Compte tenu de leurs (près de) 250 millions de chiffres d'affaire par an ils peuvent s'offrir de belles... «propagandes».

Votre post est curieusement sur le même ton que ceux de "Greg" et vous êtes également inscrit depuis aujourd'hui ("Greg" depuis hier).

Décidément à vous entendre ce serait Mr Rombi et Arkopharma les victimes et non les victimes elles mêmes!

ML
http://victimesplanteschinoises.blogspot.com/

1:19 PM

 

Enregistrer un commentaire

<< Home

mercredi, septembre 13, 2006

Affaire des Asiatitrats (Nice) : Appel prévu pour le prochain lundi 18 septembre 2006

L'audience pour le procès en Appel de Max Rombi - ex-PDG fondateur d’Arkopharma et actuel président du conseil de surveillance - se tiendra le lundi 18 septembre 2006 devant la 7ème chambre correctionnelle de la Cour d’Appel d’Aix en Provence. Rappelons que Max Rombi fut condamné à 2 ans de prison avec sursis avec 20.000 euros d'amende pour homicides "involontaires" par le Tribunal Correctionnel de Nice en Octobre 2005. Le Tribunal Correctionnel de Nice avait alors reconnu le lien de causalité entre l'absorption des arkogélules asiatitrat et le décès de Valérie Jouffret (33 ans, mère de trois jeunes enfants) et Régine Crispino (40 ans), lien de causalité que Max Rombi et Arkopharma contestent de façon systématique...

Cet évènement est d'autant plus important que le 5 juillet 2006 dernier le Tribunal Correctionnel de Toulouse a relaxé Max Rombi dans l'Affaire asiatitrat (Toulouse) où deux jeunes toulousaines ont perdu l'usage de leurs reins suite à l'absorption d'arkogélules asiatitrat.

Tant que Max Rombi - dont la famille est toujours actionnaire majoritaire d'Arkopharma et qui demeure président du conseil de surveillance d'Arkopharma - ne sera pas mis derrière les verrous, et tant que la justice n'aura pas mis Arkopharma face à des responsabilités qu'elle refuse toujours d'assumer, il y aura encore des victimes d'autres poisons commercialisés par Arkopharma sous le label "mensongeux" de "médicamment".

Faut-il encore rappeler que l'exolise commercialisée bien après l'asiatitrat par Arkopharma est responsable du développement d'hépatites chez des consommateurs? Faut-il rappeler qu'en 1998 Max Rombi fut condamné pour tromperies et publicité mensongère pour un autre produit "minceur" Bio 2000? Plus récemment les fameuses cigarettes NTB pour arrêter de fumer d'Arkopharma - dont le président de l'Office de prévention du tabagisme affirme "le produit vendu en pharmacie (...) paraît inoffensif alors que c'est toxique" - ont été retirées du marché espagnol.

Alors espérons que les media couvriront enfin l'évènement comme il se doit au lieu de rester "curieusement" timides sur cette affaire, que d'une bonne fois pour toutes la peine à laquelle Max Rombi doit être condamné sera à la hauteur du mal qu'il a fait et qu'il continue de prolonger, et qu'Arkopharma ait enfin la publicité qu'elle mérite vraiment.
------------------------------------------------------------------------------------
Nous reproduisons ci-dessous des extraits suffisamment éloquents du témoignage bouleversant de JCJ mari d'une victime décédée (Merci JCJ):

(...)En 1ère instance, le Tribunal correctionnel de Nice avait dépassé les réquisitions du procureur de la République (majoration de 50%) et avait condamné Monsieur Max Rombi d’Arkopharma à 3 ans de prison avec sursis et 30.000 euros d’amende, et Monsieur Jean-Paul Gallon, le pharmacien niçois qui avait délivré les produits, à 12 mois de prison avec sursis. (Procès 05/10/2005, Jugement 17/11/2005)

Ces faibles condamnations, par rapport aux faits reprochés aux prévenus, ne seront jamais assez sévère pour la perte d’une épouse, d’une mère, d’une fille, de surcroît qui n’avait que 33 ans. Ses 3 filles qui étaient âgées à l’époque de 11ans1/2, 11ans/1/2 et 8ans1/2 ne cesseront de souffrir de l’absence de leur maman.

De plus, il y a de quoi être indigné dans la façon dont la société Arkopharma avait exprimé sa compassion pour la souffrance des familles des victimes.(...)

(...)Enfin, il est à blâmer que la défense (Arkopharma) est voulue semer la confusion en menant une bataille quant au lien de causalité, alors que les rapports des médecins légistes et des experts nommés par le Tribunal l’établissaient incontestablement. Les experts légaux, Français, Belges et Allemands, ont étudié et analysé les prélèvements fait sur les patientes décédées (près de 100 pour chacune à l’issue d’une autopsie de 7 heures) contrairement à la défense pour Monsieur Rombi d’Arkopharma. Si je n’avais pas accepté l’autopsie de mon épouse Valérie, je n’aurais jamais eu la certitude de la cause de sa maladie rénale puis de son décès.(...)

1 Comments:

Blogger JCJ said...

Résultat du Procès :

Prison avec sursis requise en appel contre l’ex-pdg d’Arkopharma

…l’ex-p.d.g. d’Arkopharma, le Dr Max Rombi sera t-il aussi sévèrement sanctionné en appel qu’il ne le fut en première instance ? Hier à Aix, la représentante du parquet général a en tout cas requis confirmation de la condamnation prononcée un an plus tôt à Nice(1).Soit trois ans de prison avec sursis pour « homicides involontaires » et 30 000€ d’amende. La cour rendra sa décision le 13 novembre…

L’ombre du dossier jumeau de Toulouse

Plaidant la relaxe, la défense met également en avant le jugement intervenu récemment à Toulouse et qui, dans le même dossier de plantes chinoises, codamne a minima le Dr Rombi, pour une « simple » tromperie.
Un exemple à suivre ? « Surtout pas » répond l’avocat général Béatrice Angelelli. « Car Nice, à la différence de Toulouse a mené une instruction remarquable. A Toulouse, le dossier est presque vide, comme l’a d’ailleurs déploré par écrit le tribunal. En soulignant l’absence de véritable audition des plaignants, de prélèvements de tissus, de saisie des dossiers médicaux ».

(1) La confirmation du jugement de Nice a également été requise à l’encontre d’un pharmacien, Jean-Paul Gallon, condamné à douze mois de prison avec sursis pour avoir vendu des préparation à base de plantes chinoises.

(Source : Extrait du journal Nice-Matin - mardi 19 septembre 2006)

3:43 PM

 

Enregistrer un commentaire

<< Home

vendredi, août 25, 2006

Une nouvelle préface pour "Le Syndrome XXL" ?

Extrait de l'article "Les charlatans de la minceur" paru dans Le Point du 17 août 2006:

(...)En juillet, le leader européen des plantes médicinales, Arkopharma, s'est retrouvé au banc des accusés. Son ancien PDG, Max Rombi, a été condamné à 30 000 euros d'amende pour « tromperie » par le tribunal correctionnel de Toulouse. C'est après avoir consommé des gélules contenant de la poudre de plante chinoise fournie par Arkopharma que deux Toulousaines ont développé à partir de 1993 une insuffisance rénale irréversible. Le labo, qui assure avoir réalisé tous les contrôles possibles, rejette la faute sur son fournisseur chinois. L'affaire sera bientôt rejugée en appel. Tout comme celle qui a mené en novembre 2005 l'ex-patron d'Arkopharma devant le tribunal correctionnel de Nice. Cette fois, deux Niçoises étaient décédées des suites d'un cancer des voies urinaires après avoir suivi un régime à base de racines importées par Arkopharma. Max Rombi, qui refuse de croire que ses gélules aient pu déclencher des cancers, a écopé de trois ans de prison avec sursis pour homicide involontaire. Autant d'accidents dramatiques qui ne découragent pas les candidates à la perte de poids. Les produits amaigrissants représentent en effet 30 % du chiffre d'affaires des compléments alimentaires, avec, comme locomotive, 4,3,2,1 Minceur, d'Arkopharma, et ses 12 % de parts de marché. (...)


Autres points intéressants dans cet article:

  • problèmes cardiovasculaires et neurologiques survenus chez deux patientes, dont l'une est décédée, l'agence (française de sécurité sanitaire des produits de santé) avait mis à l'index des « potions » pour maigrir, à base d'ephedra, une plante chinoise anorexigène

    [NOTA BENE: Aux moins six types d'asiatitrats contenaient de l' ephedra sinica (Ma Huang). Arkopharma continue de vendre de l' ephedra à travers sa filiale US ( Health From The Sun ) (et ses autres filiales?) sous forme de boissons "minceurs" dans leur gamme 4.3.2.1 minceur]
  • les sociétés qui se font taper sur les doigts sont souvent les mêmes [...] elles n'ont besoin d'aucun feu vert pour commercialiser leurs « brûle-graisses ».

  • "les fabricants viennent y chercher une caution scientifique afin de mieux convaincre le consommateur"
  • La dernière enquête des Fraudes, réalisée en 2003 sur 4 000 compléments alimentaires « minceur », a révélé que 60 % de ces produits ne correspondaient pas à ce qui était indiqué sur l'étiquette
  • Pour lire l'article dans son intégralité veuillez cliquer ici.

    mercredi, août 16, 2006

    Malaise

    Lorsque nous postons des messages dans des forums nous pouvons lire des commentaires tels que "c'était au début des années 90s...", "ces arkogélules ne sont plus sur le marché...", "Arkopharma est une grande multinationale mondialement respectée...", "c'est Mr Rombi qui est responsable et non Arkopharma...". Bref des phrases qui semblent montrer à quel point leurs auteurs ne se sentent pas concernés. Après tout tant que ça ne leur tombe pas dessus...

    Seulement voilà des lots de produits Arkopharma ont déjà été discrètement retirés du marché de façon à ne pas faire de vagues (voir liste récente sur le site de l'Agence francaise de sécurité sanitaire). Avant que l'asiatitrat ne soit retirée il y avait déjà des victimes. Ce n'est pas parce qu'un produit est retiré du marché français qu'il est retiré des autres pays dans lesquels il est vendu. Et lorsqu'il est retiré des autres pays il y a toujours un délais. Arkopharma s'est étendue internationalement non pas par "renom" mais surtout en obéissant à une stratégie d'expansion économique. Certes la firme réalise environ 47% de son chiffres d'affaires à l'étranger mais les consommateurs sont-ils bien informés du retrait de lots au moment où ils sont retirés et de la cause de leurs retraits? Savent-ils que des arkogélules ont gravement nuies à la santé de femmes et que certaines sont mêmes décédées? Savent-ils que les plantes utilisées dans ces arkogélules n'ont pas les propriétés annoncées par Arkopharma? Savent-ils que Max Rombi alors à la tête d'Arkopharma et président actuel du conseil de surveillance a déjà été condamné pour tromperies et publicité mensongères pour un produit autre que l'asiatitrat? Enfin les auteurs de ces commentaires et les consommateurs feraient-ils confiance à une entreprise qui soutenant son ex-PDG fondateur et actuel président du conseil de surveillance ne semble toujours pas avoir retenue la leçon en ne reconnaissant pas ses erreurs - et donc n'assumant aucune responsabilité pour des produits qu'elle a commercialisée - et dont l'unique politique de défense consiste en la négation systématique de faits malgré l'existence de rapports accablants?

    Encore une fois nous invitons les auteurs de ces commentaires à revenir sur les posts précédents et nous invitons nos lecteurs à laisser leurs commentaires à nos posts. Nous espérons que nos lecteurs se rendent enfin compte de la réalité d'un problème qui nous concerne tous. Les victimes seront toujours amplement désavantagées dans leurs combats pour que justice soit faite sans cette prise de conscience publique et donc le soutien de l'opinion publique face aux moyens dont dispose Mr Rombi ex-PDG fondateur et président du conseil de surveillance d'Arkopharma (chiffre d'affaires annuel d'eviron 230 millions d'euros) qui le soutien toujours et dont la famille Rombi est actionnaire majoritaire.

    lundi, août 07, 2006

    Mieux vaut prévenir que guérir

    Nous avons pu constater sur des forums et sur des blogs que des personnes qui cherchent à maigrir se tournent vers des produits Arkopharma dont certains lots ont été retirés de la vente. Dans le but de leur épargner des complications similaires à celui de femmes qui ont absorbées les arkogélules asiatitrat, nous avons laissés des messages sur ces sîtes afin de prévenir les personnes concernées sur les risques potentiels pour la santé des arkogélules mentionnées en racontant brièvement l'expérience malheureuse des victimes de l'asiatitrat. Que pouvons nous faire de plus? Si seulement les victimes avaient pu recevoir ce type d'avertissement avant d'absorber ces foutues gélules...

    vendredi, juillet 28, 2006

    "Tous les animaux sont égaux entre eux, mais certains le sont plus que d'autres." (G. Orwell - "La ferme des animaux")

    A ce jour Mr Rombi "ex-" PDG fondateur d'Arkopharma et président actuel du conseil de surveillance - dont il aurait assuré le transfer de 5 992 696 actions en février 2005 vers sa holding familiale Imarko - est toujours poursuivi pour homicides "involontaires", blessures "involontaires", tromperies et publicité mensongère. Il a déjà exploité un vide juridique en important des plantes qui ne sont traditionnellement pas utilisées dans la pharmacopée française et dont les effets connus au-moins dans leur pays d'origine ne servent pas le propos annoncé des arkogelules asiatitrat commercialisées par Arkopharma. Comme si cela ne suffisait pas, les peines prononcées par les tribunaux sont ridiculement légères compte tenu de la gravité des faits. Pour couronner le tout Mr Rombi et Arkopharma continuent de nier les faits malgré leurs évidences et ont fait appel des décisions de ces tribunaux. Max Rombi continue de donner des conférences et affirme (...)qu'il faut toujours éduquer les gens pour qu'ils prennent en main leur santé(...). En effet, avec sa société Arkopharma et son asiatitrat c'est là un bel exemple de philanthropie qu'il nous donne!

    1. Max Rombi a été condamné pour tromperies et relaxé des charges de blessures "involontaires" en juillet 2006 par le Tribunal Correctionnel de Toulouse.
    2. En octobre 2005, il a été condamné pour homicides "involontaires" par le Tribunal Correctionnel de Nice à deux ans de prison avec sursis et 20.000 euros d'amende.

    mardi, juillet 25, 2006

    Des pillules aux vertues amincissantes contenant des plantes... non amincissantes?

    Les gélules asiatitrat étaient censées contenir du Han Fang Ji (Stephania Tetrandra) pour de soit-disant "vertues amincissantes" qui furent substituées par du Guang Fang Ji (Aristolochia Fang Ji). Or d'après un article publié par la clinique en médecine traditionnelle chinoise de Louisville (USA), il semblerait que le Han Fang Ji (Stephania Tetrandra) n'est jamais utilisé dans la pharmacopée chinoise pour des "remèdes minceur". Quant au Guang Fang Ji (Aristolochia Fang Ji) il ne serait simplement jamais prescrit d'autant plus qu'il contient un agent cancérigène - l'acide aristolochique - à l'état brut. Autrement dit que ce soit le Han Fang Ji (Stephania Tetrandra) ou le Guang Fang Ji (Aristolochia Fang Ji) aucune de ces deux plantes n'ait utilisée dans la pharmacopée chinoise pour des préparations "régime minceur". Mr Rombi - le fondateur d'Arkopharma - a tout de même pu les importer profitant d'un vide juridique dans la loi française. L'article réfère également à d'autres ingrédients tels qu'amphétamines, diurétiques, tranquilisants, etc. entrant dans la composition de préparations. Alors les gélules asiatitrat contenaient-elles un ou plusieurs de ces composants qui réagissant avec l'acide aristolochique...? Les boîtes contenant les gélules étaient-elles proprement étiquetées en faisant mention du contenu des gélules (ingrédients, posologie, contre-indications, risques, etc.)? D'autant plus qu'en 1986 les arkogelules obtiennent le statut de médicament (ce qui permet à Arkopharma de détenir aujourd'hui près de 300 enregistrements en France, auprès du ministère de la Santé, et plus d'un millier à l'étranger)...

    mercredi, juillet 19, 2006

    Un autre Pangloss dans la nature...

    Si de nouveaux pions sont avancés par Mr Rombi et Arkopharma afin d'alimenter la polémique sur le lien cause-à-effet pour "jouer la montre", il n'en demeure pas moins qu'un contrôle strict et rigoureux doit toujours être en place avant de mettre des produits sur le marché surtout lorsqu'ils concernent la santé publique. En fait, le contrôle aurait du être d'autant plus rigoureux que les composants choisis par Mr Rombi et Arkopharma ne sont tradionnellement pas utilisés dans la pharmacopée occidentale. Ainsi une connaissance approfondie de la médecine traditionnelle chinoise à base de plantes était obligatoire et doit toujours l'être pour la manipulation de ces plantes. Si comme devrait le savoir Mr Rombi, ne fusse qu'en tant que (...)vétérinaire passioné de phytothérapie(...), on ne peut être habilité à composer et à vendre au public des préparations pharmaceutiques sans un diplôme de pharmacien de même que l'on ne peut exercer la médecine sans être inscrit au conseil de l'ordre, peut-on manipuler des plantes qui ne sont traditionnellement pas utilisées dans la pharmacopée occidentale sans une connaissance approfondie de celles-ci et de leurs contextes acquise au cours de plusieurs années d'expérience et de formation?

    mercredi, juillet 12, 2006

    Le lien de cause a effet motif d'une polémique stérile

    Malgré un rapport accablant écarté lors du procès du 19 Avril 2006, malgré l'évaluation de l'Agence Internationale pour la Recherche sur le Cancer (INCHEM) de l'OMS, et en dépit de la reconnaissance de son établissement par le tribunal correctionnel de Nice, le lien entre l'absorption des gélules contenant les plantes et ses effets néfastes est toujours nié par Mr Rombi et Arkopharma. Cela constitue même un nouveau champ de bataille sur lequel des experts s'affrontent autour d'une réalité incontournable: des femmes ont absorbées les gélules asiatitrat commercialisées par la société Arkopharma de Mr Rombi et ont perdu leurs reins voire leurs vies.

    1 Comments:

    Blogger JCJ said...

    Procès en Appel de l’ex PDG d’Arkopharma pour homicide involontaire :
    Affaire des Asiatitrats - Plantes Chinoises – Aristolochia.
    Cour d’Appel d’Aix en Provence – 7ème chambre correctionnelle.
    Audience prévue le lundi 18 septembre 2006.

    Mon cri du Cœur avant ce Procès :
    (mon combat continu 5ans ½ après le décès de mon épouse)

    En 1ère instance, le Tribunal correctionnel de Nice avait dépassé les réquisitions du procureur de la République (majoration de 50%) et avait condamné Monsieur Max Rombi d’Arkopharma à 3 ans de prison avec sursis et 30.000 euros d’amende, et Monsieur Jean-Paul Gallon, le pharmacien niçois qui avait délivré les produits, à 12 mois de prison avec sursis. (Procès 05/10/2005, Jugement 17/11/2005)

    Ces faibles condamnations, par rapport aux faits reprochés aux prévenus, ne seront jamais assez sévère pour la perte d’une épouse, d’une mère, d’une fille, de surcroît qui n’avait que 33 ans. Ses 3 filles qui étaient âgées à l’époque de 11ans1/2, 11ans/1/2 et 8ans1/2 ne cesseront de souffrir de l’absence de leur maman.

    De plus, il y a de quoi être indigné dans la façon dont la société Arkopharma avait exprimé sa compassion pour la souffrance des familles des victimes. En effet, elle ne l’avait pas fait spontanément en même temps que le pharmacien en début de séance du procès, mais seulement à la fin après la réprimande faite par une des parties civiles représentant les consommateurs. On ne peut qu’appeler ça de la récupération de propos pour se donner « bonne conscience ».

    Enfin, il est à blâmer que la défense (Arkopharma) est voulue semer la confusion en menant une bataille quant au lien de causalité, alors que les rapports des médecins légistes et des experts nommés par le Tribunal l’établissaient incontestablement. Les experts légaux, Français, Belges et Allemands, ont étudié et analysé les prélèvements fait sur les patientes décédées (près de 100 pour chacune à l’issue d’une autopsie de 7 heures) contrairement à la défense pour Monsieur Rombi d’Arkopharma.

    Si je n’avais pas accepté l’autopsie de mon épouse Valérie, je n’aurais jamais eu la certitude de la cause de sa maladie rénale puis de son décès.
    Combien de personnes n’ont pas voulu prendre cette très difficile même décision ?
    Combien de personnes n’ont pas voulu s’engager dans une pénible et longue procédure judiciaire ? (dite du « Pot de Terre contre le Pot de Fer »)
    Combien de personnes ne se rappellent plus des produits qu’elles ont pu absorber, dans le cadre d’un régime amaigrissant, quelques années auparavant (9ans pour mon épouse) ?
    Certainement beaucoup plus de personnes qu’on le pense sont concernées. (le nombre de victimes recensées officiellement n’est pas forcément le nombre réel de victimes !)

    Enfin, compte tenu des preuves accablantes de culpabilité de Messieurs Rombi et Gallon il ne reste plus qu’à être confiant quant au jugement que rendra la Cour d’Appel d’Aix en Provence (7ème chambre correctionnelle) suite à l’audience qui aura lieu le lundi 18 septembre 2006 (confirmation des culpabilités ainsi que des condamnations, si ce n’est pas même avec augmentation de ces dernières).

    La Partie Civile principale - Nice

    1:05 AM

     

    Enregistrer un commentaire

    << Home

    mercredi, juillet 05, 2006

    Combien d'autres victimes?

    (...)Toulouse (AP) - 5 Juillet 2006. L'ancien PDG du groupe de phytothérapie Arkopharma, Max Rombi, a été condamné mercredi à une amende pour "tromperie" mais relaxé par le tribunal correctionnel de Toulouse du délit de blessures involontaires envers deux femmes ayant absorbé des produits à base de plantes chinoises.(...)

    Quatorze années de procédures interminables et de souffrances pour arriver à ça: Un contre-pied total de la peine prononcée par le tribunal correctionnel de Nice en Oct. 2005 (2 ans de prison avec sursis avec 20.000 euros d'amende pour homicides "involontaires"), et tout comme pour la décision du tribunal correctionnel de Nice, Mr Rombi a fait appel.

    Quatorze années de procédures où les victimes ont été traitées comme si elles devaient se défendre d'une abomination et où les inculpés sont "convertis" en victimes. Après tout quel besoin avaient-elles de consommer ces gélules???

    Alors un petit rappel en chiffres (src. AGMED):

  • 7 cas d'IR dont 2 ayant entraîné la mort recensés en France / 2000 personnes exposées
  • 110 cas répertoriés en Belgique en Mars 2000
  • 2 cas rapportés en 1999 au Royaume-Uni
  • 17 cas en Chine dont 12 décès
  • 10 cas au Japon
  • Et ce ne sont là que les cas officiellement recensés pour l'absorption d'herbes du genre aristolochia probablement sous forme de gélules. Il y a certainement d'autres femmes qui ayant absorbées des gélules asiatitrat et souffrant d'insuffisance rénale n'en connaisse pas la cause. De plus, certaines d'entre elles peuvent être en train de développer un cancer des voies urinaires dont le diagnostic au plus tôt serait critique au succès dans la lutte contre celui-ci...

    1 Comments:

    Anonymous Anonyme said...

    il faut peut être attendre un génocide pour le prendre en considération.

    11:33 PM

     

    Enregistrer un commentaire

    << Home

     
    A propos d'Arkopharma
    • 1980 - Fondation par Max Rombi. Arkopharma serait un laboratiore pharmaceutique spécialisé dans les produits de phytothérapie.
    • 1982 - Lancement officiel des arkogélules.
    • 1986 - Les gélules obtiennent le statut de médicament, ce qui permet au groupe de détenir aujourd'hui près de 300 enregistrements en France, auprès du ministère de la Santé, et possiblement plus d'un millier à l'étranger.
    • 12 filiales internationales telles que Arkochim (Espagne), Health From The Sun (USA), etc.
    • Chiffre d'affaires annuel d'environ 250 millions d'euros et leader sur le marché de la minceur avec "4.3.2.1 minceur" (la boisson aux dix plantes!) qui réalise en 2005 un CA de 26,2 millions d'euros.
    • Autres produits minceurs: asiatitrats, bio 2000, exolise,...
      asiatitrats cause d'insuffisance rénales chroniques, de cancers des voies urinaires et de décès, bio 2000 étiquetage mensongeux, exolise cause d'hépatites... Ces trois produits ayant valu à Mr Rombi d'être condamné pour tromperie et publicité mensongère.
    • Autres produits commercialisés sans autorisation de mise sur le marché avec infractions en matière de publicité: arkogélules, arkofusettes, arkovital Bio 200, arkogélules Bamboosil, Bouillon blanc, Chrysanthellum américanum, Capuline, Eupaline, Exolusine, Fastine, Ginkgo, Gugulon, Ortie, Papaye, Partenelle, Petite Pervenche, Plantain, Radis noir et Vergerette, comprimés Tababax et cigarettes NTB.
    A propos de Max Rombi

    Docteur vétérinaire (...)passionné de phytothérapie(...), fondateur d'Arkopharma, Max Rombi a été poursuivi pour exercice illégal de la pharmacie, condamné pour tromperies et publicités mensongères, et homicides involontaires.
    Peu après le décès des victimes des asiatitrats de Nice, il déclare quant aux effets secondaires potentiels des médicamments commercialisés par Arkopharma:

    "Oui. Il n’y a pas d’effets indésirables." [cliquer pour de plus amples info.]
    Asiatitrats

    Commercialisés par Arkopharma sans autorisation de mise sur le marché aux pharmaciens soit sous forme de poudres destinées à entrer dans la composition de préparations magistrales, soit sous forme de gélules, “prêtes à l’emploi”, c’est-à-dire à leur absorption par les malades.
    Annoncés comme un produit aux vertues "amincissantes", ils étaient supposé contenir du stephania tetrandra (ou han fang ji) subsitué par de l'aristolochia fang ji (ou guang fang ji). Or aucune de ces deux plantes ne sont utilisées en médecine traditionnelle chinoise dans des préparations visant la perte de poids.
    Suite à leurs consommation, les victimes ont développé des insuffisance rénales chroniques suivies de cancers des voies urinaires et de décès pour les plus infortunées parmi elles.
    L'Agence Internationale pour la Recherche sur le Cancer de l'OMS affirme qu' "il y a suffisamment de preuves chez les humains quant aux propriétés cancérigénes de remèdes contenant des plantes du genre aristolochia". [cliquer pour de plus amples info.]